^Haut de page

mod

Notre famille

Vatican  Diocese  Doyenne

Cellule d'écoute

AccueilPedo

Numéros utiles

Telephone

Acte de baptême

Bapteme

Covid-19

LES CELEBRATIONS AUTORISEES A PARTIR DU SAMEDI 23 MAI


Par décret du 22 mai le gouvernement à répondu à l'injonction du Conseil d'Etat de rétablir le culte (Cf. ci-dessous)
Les messes et autres célébrations sont donc à nouveau possibles en respectant les obligations portées au décret :

SecuritéCovid
Renseignez-vous auprès de votre paroisse, toutes n'ayant pas anticipé cette reprise ne seront pas en mesure d'assurer les messes dès les 23-24

-------------------------

18/05/2020
Le Conseil d’Etat impose la levée de l’interdiction totale des célébrations religieuses dans les lieux de culte

La juridiction administrative a jugé qu’elle était «disproportionnée» en période de déconfinement et réclame «des mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires».


Le gouvernement a huit jours pour assouplir l’interdiction des cérémonies religieuses publiques dans les lieux de cultes, en vigueur depuis le 15 mars. Le Conseil d’Etat a jugé, lundi 18 mai que l’interdiction générale et absolue de tout rassemblement dans les églises, les temples, les synagogues et les mosquées, si elle pouvait être admise dans la première phase de lutte contre l’épidémie de Covid-19, est « disproportionnée » en période de déconfinement. Aux yeux de la plus haute juridiction administrative, elle constitue de ce fait une « atteinte grave et manifestement illégale » à la liberté de culte, une liberté fondamentale dont l’une des composantes est le droit de participer collectivement à des cérémonies, notamment dans les lieux de culte.

Le Conseil d’Etat enjoint donc au premier ministre de remplacer cette interdiction pure et simple par « des mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires » tels qu’ils sont appréhendés en ce début de déconfinement, où d’autres activités ont été autorisées à reprendre. Encadrées et sous conditions, des célébrations religieuses devraient donc pouvoir reprendre sous peu, au moins dans certaines parties du territoire.
Lire aussi Coronavirus : les religions à l’épreuve du confinement

Par cette décision, le Conseil d’Etat a tranché un sujet de tension entre la Conférence des évêques de France (CEF) et le gouvernement, en donnant raison aux représentants de l’Eglise catholique. Depuis le 11 mai, la CEF a tenté d’obtenir que les cérémonies religieuses puissent reprendre elles aussi, dans le respect de protocoles sanitaires. L’épiscopat a fait des propositions en ce sens au gouvernement. Mais cette perspective a été écartée par Edouard Philippe, qui a d’abord fixé la reprise des cultes au 2 juin, puis au 29 mai, avant que Christophe Castaner évoque une reprise « d’ici la fin du mois ».

---------------

A PARTIR DU 11 MAI


[Extrait de la lettre de Mgr Ulrich - Intégralité ci-dessous]
Les célébrations chrétiennes ne sont pas plus dangereuses, dans les circonstances présentes, que l’accès aux transports en commun et la fréquentation des commerces qui vont reprendre leurs activités. Mais elles ne le sont pas moins : en recommençant progressivement, c’est avec notre charité chrétienne que nous respecterons les règles imposées et les recommandations prudentes.

L’interdiction de rassemblement de plus de 10 personnes concerne cette période jusqu’au 2 juin
. Les réunions de toute nature, avec 10 personnes maximum, doivent respecter la distanciation sanitaire : 4 m2 autour de chacun, c’est-à-dire 1 mètre devant, derrière, à gauche et à droite de chaque personne. De ce point de vue, l’église paroissiale vaut mieux qu’une salle de réunion à la maison paroissiale ou dans une maison familiale.
 
La catéchèse : bien des actions catéchétiques se poursuivent en famille grâce aux moyens de communication à distance. Nous remercions tous ceux qui s’investissent dans cette animation et le service diocésain de la catéchèse. À partir du 11 mai et de la réouverture partielle des écoles, il semble envisageable de réunir des enfants pour la catéchèse en paroisse, dans un strict respect des gestes-barrière et de distanciation sanitaire : gel hydroalcoolique et masques seront à disposition des paroisses bientôt. Nous préconisons les rassemblements de moins de 10 enfants dans des grandes salles ou dans les églises. La prudence recommandée aux catéchistes âgés risque de limiter les possibilités. En ce cas, on privilégiera une rencontre avec des parents et le prêtre. On veillera à conclure l’année de catéchèse par un temps de prière au terme duquel rendez-vous sera donné pour la rentrée. Il en va de même pour d’autres activités pastorales avec des jeunes, aumôneries, etc.

La célébration des funérailles à l’église reste possible dans la limite de la participation de 20 personnes en tout cas jusqu’au 1er juin. Nous ignorons les modalités qui seront adoptées au-delà de cette date.

Les églises peuvent être ouvertes, comme cela a été énoncé dans les mesures gouvernementales depuis le 15 mars. Elles sont accessibles pour la prière personnelle, mais aussi pour l’entretien spirituel et la confession, en respectant les gestes-barrière et les normes de la distanciation sanitaire. Jusqu’au 1er juin, on veillera à ce que moins de 10 personnes y accèdent en même temps.

Les visites de malades à domicile sont possibles, notamment pour la réconciliation et la communion. Pour l’onction des malades, le geste de l’huile peut être fait avec un stylet ou un coton-tige.

A PARTIR DE DEBUT JUIN

Si cela est confirmé,

Le Premier Ministre a annoncé au Sénat, ce lundi 4 mai, que les célébrations liturgiques de tous les cultes reprendraient peut-être à partir du vendredi 29 mai, si les évaluations du risque sanitaire étaient favorables.

La fête de Pentecôte (31 mai) : si nous pouvons célébrer la fête de Pentecôte dans nos églises, puissions-nous en faire une action de grâce pour ce retour en assemblée, et aussi pour tous les talents, toutes les générosités, tous les engagements que l’Esprit Saint aura suscités dans le monde et dans l’Église en ce temps.

Baptêmes d’adultes : un par un au cours de célébrations eucharistiques paroissiales dont on connaîtra les modalités dans le courant du mois de mai.

Baptêmes d’enfants : cela devrait être possible, en veillant à éviter les célébrations avec des assemblées trop nombreuses. Si c’est nécessaire, n’hésitons pas à multiplier les célébrations pour des assemblées pas trop nombreuses.

Les baptêmes en âge scolaire, les premières communions et les professions de foi seront peut-être possibles à partir du 2 juin en paroisse, avec un nombre limité de participants. Mais je sais que beaucoup ont d’ores et déjà décidé de repousser à l’automne ou en 2021. Il n’est pas possible de déterminer le nombre de participants qui sera autorisé lors de ces célébrations.

Les mariages seront à nouveau possibles lorsque les mariages civils seront autorisés. Pas avant le 1er juin. Le nombre de participants sera certainement limité pour la célébration comme pour le rassemblement festif qui suit, si bien que beaucoup ont déjà décidé de repousser à l’automne ou en 2021. Nous ne sommes pas capables aujourd’hui de déterminer le nombre de participants qui sera autorisé.

Mgr Ulrich, archevêque de Lille, 7 mai 2020
Retrouvez la version intégrale de la lettre ci-dessous
LA LETTRE EN VERSION INTEGRALE

Des suggestions pour prier, célébrer, en profiter pour s'instruire, se divertir :
Voyez sur la page consacrée au sujet en cliquant ici.
Copyright © 2015 Doyenné Lys et Deûle  tous droits réservés.

Conformément à la législation européenne nous vous indiquons que nous utilisons des cookies. nous n'en gardons aucune trâce.