^Haut de page

mod

Père Dominique Lemahieu

Vivre notre foi, partager notre espérance, cultiver et pratiquer la charité !

Pour sa première homélie - forte et enthousiasmante, tonique et dynamique ! - le père Dominique Lemahieu nous a invités à mettre en pratique les trois vertus fondamentales de notre Eglise. Il nous a précisé comment il voit son rôle de pasteur et les projets qu’il pense mener avec nous, dans notre paroisse.

Lemahieubaptême
"Mon objectif est, à la manière de l’apôtre Paul, de vous encourager avec les mêmes mots que saint Paul écrivait aux Thessaloniciens il y a deux mille ans, et que nous avons entendus dans la deuxième lecture, j’ai envie de vous féliciter et de vous dynamiser, vous les chrétiens de la paroisse de la Trinité Lys et Deûle : "A tout instant, nous rendons grâce à Dieu à cause de vous tous... sans cesse nous nous souvenons que votre foi est active, que votre charité se donne de la peine, et que votre espérance tient bon".La foi, l’espérance et la charité : ces trois vertus théologales vous les vivez déjà, chers amis. Essayons ensemble de les dynamiser dans les années à venir. Ce sera mon programme, en tant que votre nouveau curé.


La foi
Bien sûr, vous n’avez pas attendu l’arrivée de Dominique Lemahieu pour avoir la foi. Et c’est tant mieux ! Voilà qui me donne un peu d’humilité et qui me rassure d’ailleurs. Vous n’avez pas tout à attendre de votre curé. Bien évidemment, deux mille ans nous précèdent. Et bien plus que deux mille ans : Dieu lui-même nous précède. J’entends souvent dire : "Moi je ne vois pas ce que ça change d’être chrétien. Je suis comme tout le monde, je vis comme tout le monde." Eh bien, permettez-moi de ne pas être d’accord : "Rendez à César ce qui est à César. Et à Dieu ce qui est à Dieu". Etre chrétien c’est être radicalement différent des autres. Car être chrétien ce n’est plus vivre selon la nature humaine ou les forces humaines, mais c’est vivre selon la lumière de Dieu, la force de Dieu. Pendant ces huit ans à venir, je vous souhaite, je me souhaite, de vivre et de témoigner de la joie de croire. Cessons d’être des chrétiens timorés. Osons donner envie au monde de nous rejoindre. Faisons en sorte qu’en nous voyant vivre, le monde puisse lui-même avoir envie de se réjouir et de grandir ensemble avec le Christ.


L'espérance
Depuis que je suis arrivé, ici, chez vous, je me rends compte de la force qui réside dans vos communautés. Vous aviez trois prêtres, paraît-il, il n’y a encore que quelques années, desservant vos quatre communes. L’abbé Motte, auquel je veux rendre hommage, a donné toute son énergie pour le bien de tous. Aujourd’hui, nous avons la joie d’avoir le père Christophe Yernaux. Mais moi, votre curé, je ne suis qu’à mi-temps pour vous tous, et je n’habite pas chez vous. Pourtant, je me suis déjà rendu compte que vous faites face admirablement : vous ne baissez pas les bras. Je le sens bien : vous avez su créer, dans notre paroisse, un climat de confiance et d'estime mutuelles.
Je vous souhaite, je me souhaite, quel que soit notre âge, de poursuivre cette solidarité dans la foi, et de nous dire ce qui est améliorable, ce qui peut progresser. L’espérance c’est cela : c’est toujours être certain de pourvoir grandir ensemble... dans la convivialité avec le Christ !


La charité
La charité, c’est la force qui vient de Dieu et qui me pousse à aimer les autres. Je vous souhaite, je me souhaite, de prendre souci des autres. Plutôt que de vouloir profiter de ce que pourront m’apporter les autres que chacun s’interroge concrètement : quelle est ma place dans notre communauté ? Dans la communauté paroissiale bien sûr, mais aussi dans ma communauté familiale, professionnelle, associative, ou sportive. Une charité qui se donne de la peine, comme le dit Saint Paul, consiste à prendre soin des autres ; à être attentifs, attentionnés vis-à-vis des autres. C’est cela la vie communautaire : c’est le vœu que je formule pour notre communauté paroissiale de la Trinité Lys et Deûle.
Bien sûr, nous aurions des raisons de nous dire fatigués. Nous sommes sans doute moins nombreux qu’avant. Il y a peu de jeunes. Et beaucoup de charges reposent sur les épaules de quelques-uns. Mais n’oublions pas que Jésus n’a commencé qu’avec douze hommes. On les a appelés les Apôtres. Es n’étaient que douze, et pourtant ils ont embrasé le monde de l’amour de Dieu, grâce à la foi.
Dieu le Père est encore créateur aujourd’hui : suscitant, ressuscitant, et ressuscitant des énergies nouvelles au cœur de notre monde".
 
P. Dominique Lemahieu sept. 2011

Copyright © 2015 Doyenné Lys et Deûle  tous droits réservés.

Conformément à la législation européenne nous vous indiquons que nous utilisons des cookies. nous n'en gardons aucune trâce.