^Haut de page

mod

Jean-Michel Lecerf

Né à Wasquehal le 24 /11/1954, de parents, grands- parents et arrière grands-parents du Nord et profondément Catholiques et engagés, je fais ma scolarité au «collège» de Marcq. Très tôt je m’engage chez les scouts puis avec l'aumônier à la J.E.C, et j’encadre en 2nde et en 1ère les retraites de profession de foi.
 
LecerfMa vocation médicale nait à l’âge de 6 ans sur un lit d’hôpital lors de ma 5ème intervention chirurgicale :«je serai chirurgien». Il en fut autrement. En fin de 1ère année de médecine je m’engage aux «Petits Frères des pauvres» en 1973 et cela m’ouvre les yeux sur la misère humaine et le service. «Je serai généraliste» En réalité des ennuis de santé m’obligent à chercher une spécialité. Un nouvel engagement dans l’association « Frères des Hommes » me conduit à me tourner vers la Nutrition et donc l’endocrinologie. Sitôt les diplômes je débute mon activité au CHRU de Lille et je rentre à l’Institut Pasteur de Lille où je suis toujours.

En 1974 et 1975 je participe au «Concile des jeunes» à Taizé. Je participe aux premiers groupes de prière sur Lille (« Pierre Vivante») chez les Carmes à Lille. L’Esprit- Saint me pousse à témoigner de ce que je vis auprès de mes amis. L’été une partie de mes longues vacances d’étudiant se partage entre les séjours de vacances avec les «vieux» de l’hospice à Wissant et les colos avec les handicapés. Tout cela dans la joie et l’amitié. C’est le temps des premiers numéros de clown.

A Noël 1975 je rencontre ma future épouse, née à Lille, en Haute Loire grâce aux Petits Frères des pauvres Nous nous marions en février 1977 à Lompret, paroisse de l’abbé Papeghin mon 1er aumônier au collège. Je suis alors en 5ème année de médecine. Notre 1er nait en 1979, c'est un garçon, né à Cambrai d’où son prénom Géry, 1er évêque de Cambrai. Puis nous aurons 3 filles. Aujourd’hui les 3 premiers enfants sont mariés, le second couple est au Mexique pour l’instant, et nous avons 7 petits enfants de 1 an à 5 ans.

En 1986 nous découvrons, grâce au parrain de notre fils, les sessions de l’Emmanuel à Paray le Monial. C’est un tournant dans notre foi et notre vie chrétienne avec la découverte de la louange et la redécouverte de l’Esprit – Saint. Nous participons pendant 10 ans au groupe de prière de l’Emmanuel à Lille et parallèlement à un groupe biblique animé par le père Salomon supérieur des Carmes. Le «berger» du groupe de prière de l’Emmanuel sera ordonné diacre des années après.

Nous pensons alors que notre place est de rejoindre un groupe de prière qui vient de se constituer sur Notre Dame de l’Assomption à Lompret. Je suis membre du CAP (ex EAP) à cette époque. En 2006 poussé à nouveau à Paray le Monial par nos enfants (et par l’Esprit…) je ressens violemment dès le 2éme jour une motion intérieure comme une pensée obsédante «il faut que tu sois diacre !» Un prêtre me conseille d’en parler à mon épouse et de prier … jusqu’au jour où le Père Christophe Wambre m’appelle 3 mois plus tard pour me demander si je n’ai jamais pensé être diacre. Effectivement je n’y avais jamais pensé avant !

Parallèlement à la formation, qui a lieu en couple, nous participons depuis 10 ans environ à la Maison d’Alliance groupe de prière rattaché à la communauté du «Verbe de Vie» , une autre communauté nouvelle (du renouveau charismatique). C’est pour nous un ressourcement fraternel et spirituel très important. L’appel de l’Eglise au diaconat passe par un chemin avec un discernement d’un an puis 6 ans de formation (week-end) et une équipe d’accompagnement. J’ai été ordonné le 28 octobre 2012 avec 3 autres hommes, mariés aussi.

Le diacre peut être célibataire ou marié mais il reste dans l’état dans lequel il est ordonné. L’accord de l’épouse est bien sûr indispensable. L’ordination est un sacrement : le diacre est ministre ordonné, il est clerc ! Le diacre est missionné par l’évêque. C’est un serviteur de le prière, de la parole, de la liturgie et de ses frères. Il peut célébrer mariage et baptême, proclamer l’évangile et l’homélie. Il ne remplace pas du tout le prêtre qui est le pasteur. Nous avons besoin de prêtres, nous devons le désirer et prier pour cela. La première mission du diacre est sa famille et son milieu professionnel. On dit qu’il est ministre du seuil. L’évêque m’a demandé de participer au conseil diocésain de la pastorale de la santé et d’être attentif au lien entre les paroisses et le renouveau charismatique. Entre diacres d’un secteur nous nous réunissons régulièrement en fraternité diaconale. Et par ailleurs nous poursuivons notre formation continue !

Ma jeune mission diaconale me réjouit et me comble même si, par la force des choses, elle est encore très modeste… encore en pleine activité professionnelle.
Merci Seigneur pour tout ce que tu nous donnes

Copyright © 2015 Doyenné Lys et Deûle  tous droits réservés.

Conformément à la législation européenne nous vous indiquons que nous utilisons des cookies. nous n'en gardons aucune trâce.