^Haut de page

mod

Acte 3 : La répression

Ca ne peut plus durer ! Le roi doit maintenir son autorité, il faut sévir.
Afin de mâter les troubles religieux dans les Pays-Bas (Belgique et Nord actuels), Philippe II d'Espagne envoie le duc d'Albe accompagné d'une forte armée et le nomme capitaine général en charge d'installer le Conseil des Troubles.

            Cet organisme a siégé de 1567 à 1576 sous la présidence du duc d'Albe. Il est chargé, entre autre, d'organiser la répression des Réformés nouvellement convertis ou de ceux, plus anciens, qui vont de village en village répandre les idées nouvelles. La terreur s'installe, les responsables politiques et administratifs veulent montrer patte blanche et parfois se disculper des accusations de collaboration avec les hérétiques. D'autres choisiront d'assumer leurs idées.

ConseilTroubles2
            Les comtes d'Egmont, seigneur d'Armentières, et de Hornes sont arrêtés comme grands meneurs, une razzia a lieu en 1668 sur tous les biens des hérétiques. Les commissaires dressent l'inventaire des biens sur place, les receveurs tiennent à jours les revenus. Soit avec un receveur particulier pour les grands domaines, soit un receveur général pour les petites propriétés. On instruit des procès et une émigration volontaire ou non commence pour ceux qui n'ont pas été exécutés.

            Le Conseil est vite submergés de demande de créanciers qui veulent récupérer leur argent prêté aux condamnés et par les héritiers restés fidèles ce qui ne manque pas de provoquer des déclarations, procès et comptes-rendus aux ayants-droits.

Voici la liste des paroissiens condamnés par le Conseil des Troubles :

De Frelinghien : Jean DESMADRIL, Jean DESMERPONT, Jean DEVARENNES, Mathieu FREMAUT, Antoine HEINGHE, Antoine HEUGHEBART, Jacques HEUGHEBART, Jacques LALLEMAND, Ambroise LEMOINE, Mathieu LEPLAT, Guillaume PERCHE, Charles PONTFORT, Dominique POULE, Alain WATTRELOS.

De Quesnoy : Luc PACE, Wallerand THEVELIN.

De Warneton (des deux côtés de la Lys) : Jean ALLEMAN, Jean BUERSE, Jean CADET, Jean CROP, Pierre DEBACQ, Guillaume DEKERLE, Antoine DESMET, Jacques DESPREZ, Gilles FACON, Nicolas GHISELIN, Marguerite HORNE, Martin LECOCQ, Martin LECOCQ ou JACQUELINE, Nicolas MARISSAL, Jean PILART, Jacques QUAETJONCK, N. ROLAND, Jacques SAVETE, Maillard SCHELLEWAERT, Guillaume SCHOONJANS, Gédéon TONNEL, Quentin VANDAMME, Antoine YSAT.

Deûlémont la vertueuse ?
Il faut déjà savoir que tous les protestants ne sont pas systématiquement condamnés. Mais la raison principale pour laquelle n'apparaît aucun Deûlémontois dans cette liste est simple. La commune est directement sous la coupe de l'abbaye de Messines qui est son "seigneur". Le clergé est mieux à même de réagir aux positions favorables au protestantisme. De plus on se rebelle plus difficilement contre son propriétaire…

Mais on en trouve d'autres condamnés à reprendre une vie catholique dans les registres de la Gouvernance de Lille :
De Deûlémont : Jacques DESPREZ en 1585
De Quesnoy : Jean DOMESSENT en 1587, Jean HUGHELOT en 1589, Louis FLAMENT en 1592, Jean CARLIER, Jeanne DESQUIENS, Isabeau et Jeanne POISSONNIER en 1595, Jean FREMAUT en 1598 et Pierre DUTHOIT en 1621.
 
Copyright © 2015 Doyenné Lys et Deûle  tous droits réservés.

Conformément à la législation européenne nous vous indiquons que nous utilisons des cookies. nous n'en gardons aucune trâce.