^Haut de page

mod

Ils sont arrivés (Ep. 2)

Ghanim, Sandy, Rekardo, Adryano, Santava, Yousif et Krsteano sont désormais Lomprétois.

Le 5 janvier 2016 Eric Mullet, trésorier de l'E.A.A. adressait au consulat d'Erbil un certificat d'hébergement au profit d'une famille comportant 5 enfants de 3 à 11 ans, la famille Bqatar –prononcez Baktar -. Sans réponse à fin mai, je me suis inquiété. J'ai rencontré avec d'autres représentants d'associations un groupe de députés favorables aux chrétiens d'Irak espérant trouver un appui à notre offre d'hébergement. Il faut dire que le soin, le goût et l'amour apportés par JP et F Vreck et leurs amis à préparer un véritable nid douillet avait de quoi interpeller. Conscient que la possibilité d'accueillir ne dépendrait que de nous, j'ai cherché obstinément d'autres voies d'assistance. Le préfet chargé de mission pour la coordination de l'accueil des réfugiés d'Irak et de Syrie m'a alors orienté vers la Direction Départementale de la Cohésion Sociale. J'y ai été reçu par des représentants de l'Etat dignes de toute notre estime, le logement de Lompret a été labellisé en 48 heures. La convocation tant attendue au consulat d'Erbil est intervenue dans la quinzaine, bientôt suivie de l'octroi des visas-asile.

Irakb1

Mercredi 14, nous étions quelques-uns, parents ou bénévoles, agglutinés aux barrières devant les sas d'arrivée à Orly. Les avions se succédaient sans que Ghanim et sa famille n'apparaissent. Les voyageurs étaient interpellés: d'où venez-vous? …Oujda, Alger, Le Caire Marrakech et enfin Istanbul où les Bqatar avaient fait escale. Désillusion, abattement: plus personne ne sortait, l'avion s'était pourtant posé depuis plus d'une heure. Il y avait sans doute un souci: douanes? Police? Je partis en désespoir de cause interpeller la police de l'air et des frontières sans réussir à trouver un interlocuteur. Le Préfet ne répondait pas…Je revins tristement pour tomber en pleine liesse. Ghanim et les siens s'étant dirigés vers la sortie des membres de la CEE et avaient dû rebrousser chemin pour présenter leurs passeports au bon endroit.

Irakb2

Dès l'abord nous avons été conquis. On nous avait dit qu'ils avaient une caractéristique: celle d'être très gentils, ils sont aussi souriants et chaleureux; Deux grands garçons éveillés, radieux sous le regard attendri de "ami" Jean-Pierre, une petite fille de 6 ans qui avait de suite pris la main de "mama" Françoise, deux jumeaux de trois ans avec Ghassan venu en ami et un couple libéré de l'angoisse, prêt à tout recommencer. Nous avons été profondément émus de leur bonheur.

Le retour fut paisible? Derrière Hélène chauffeur émérite et sans doute rassurante on alterna repas et repos. Dans l'autre véhicule, on parlait beaucoup…en irakien. Alaa beau-frère des arrivants servait d'interprète. J'expliquai la disposition des chambres; les deux grands dans les lits superposés, les deux petits côte à côte, Santava toute seule, Ghanim dans une grande chambre et Sandy ….dans une autre, comme on fait en France. Grand éclat de rire et Ghanim de dire: "n'exagérez pas, dans la caravane on était 10, nous n'avons eu aucune intimité depuis plus de deux ans". Mon rire s'est tari.

A l'arrivée à Lompret la maison a été apprivoisée à petites doses. Un moment sur le macadam, avec sans doute comme un vertige, ce pavillon pour nous? Ils en avaient reçu des photos mais à l'évidence la réalité était plus belle que leur meilleur rêve. Nous avons pénétré, ils ont découvert. Pour ceux qui le voulaient bien est venu le moment d'action de grâces. Leurs mains grandes et petites se sont ouvertes en une fervente prière.

Irakb4

Et puis les choses se précipitent. Sandy reçoit une icône en cadeau de bienvenue, visiblement cela émeut toutes les personnes présentes qui applaudissent, Françoise remet symboliquement à Ghanim les clefs de "sa" maison. Sandy et les sien découvrent alors l'étage. Cette maison est un véritable bijou. Les peluches attendent sagement d'être étreintes par des mains enfantines, les enfants n'en croient pas leurs yeux, les grands ne réalisent pas. Trois jours plus tard Sandy pensera encore que le linge qui est dans les armoires ne lui est pas destiné!! Je finis par renoncer à la préservation de leur intimité. Après tout la maison n'est pas encore vraiment à eux… Je monte et trouve Rekardo, l'aîné, sur le seuil de la chambre qu'il va partager avec Adryano. Il me montre le lit du haut et lève le pouce en signe de satisfaction. Puis spontanément il met les bras autour de moi et me serre avant de m'embrasser les yeux plein de lumière. Je fonds.

Irakb5

Le verre de l'amitié nous réunit. Mais bien vite nous sommes appelés pour apprécier la vision des enfants qui ont découvert les vélos si gentiment offerts. L'angoisse de la longue attente n'est déjà plus qu'un lointain souvenir. Nous nous prenons à espérer que d'autres bénévoles auront le plaisir de partager notre joie toute simple.
Nous avons vécu un conte de Noël au mois de septembre. Nous en sortons étreints d'une indicible émotion. Le sentiment d'avoir donné un grand bonheur à une famille en détresse nous emplit de sérénité. Je pense au laboureur fier de son sillon.

Je remercie du fond du cœur tous ceux qui ont contribué de prés ou de loin à permettre cette belle aventure qui démarre.
Serrons les rangs. Il reste tant à faire.
Bienvenue amis irakiens. Vous pouvez compter sur nous. Sept. 2016
Copyright © 2015 Doyenné Lys et Deûle  tous droits réservés.

Conformément à la législation européenne nous vous indiquons que nous utilisons des cookies. nous n'en gardons aucune trâce.