^Haut de page

mod

Le MCR en marche

Deux équipes du Mouvement Chrétien des Retraités de Frelinghien font précéder d’une heure de marche leur réunion mensuelle.
Rose-Marie, membre d’une de ces équipes, nous donne son témoignage :

JP2014Balade1Pourquoi commencer la réunion mensuelle de notre mouvement chrétien de retraités par une marche ?
Marcher : fermer la porte de la maison, abandonner pour un temps nos soucis, nos fatigues, ouvrir nos yeux, nos oreilles à la nature qui nous entoure, ouvrir notre cœur à l’autre que l’on retrouve.Nos pas se rejoignent pour faire avec chacun un bout de chemin, parler de choses graves les yeux fixés sur nos chaussures, sourire ensemble légers et paisibles, savoir écouter, pouvoir réconforter, être disponible et vouloir partager.

Cette marche est en quelque sorte une communion, un moment de retrouvailles et d’amitié dans le cadre de la nature qui ne cesse de nous émerveiller.
Elle nous prépare à notre réunion, nous rapproche, facilite nos échanges.

Une réflexion
Les évangiles nous rapportent que Jésus était un prophète itinérant. Tout en marchant, il admirait la nature, les lys des champs, les oiseaux ; il s’entretenait avec ses disciples. (De quoi discutiez-vous en chemin ?) Disponible, il s’est laissé interpeler par l’aveugle de Jéricho, par le jeune homme riche. A Naïm, il a croisé  le convoi funèbre du fils unique d’une veuve.  

Et rappelons-nous surtout ce magnifique épisode rapporté par Saint-Luc : Le soir de Pâques, deux disciples rentrent tout abattus de Jérusalem à Emmaüs. Jésus les rejoint et marche avec eux pendant deux heures ; il les instruit, il « remonte leur moral » jusqu’à leur rendre le cœur tout brûlant.

Oui, la marche n’est pas seulement excellente pour la santé ; elle est aussi occasion d’admiration de la nature et de riches rencontres.

Extrait du journal paroissial "Ensemble" n°106 de juin 2014

Copyright © 2015 Doyenné Lys et Deûle  tous droits réservés.

Conformément à la législation européenne nous vous indiquons que nous utilisons des cookies. nous n'en gardons aucune trâce.