Le saviez-vous ?
SaviezVousArticle

Témoignage :

Mais qu’est-ce que je vais faire là-bas, dans cette ville, aide-soignante, alors que je veux être ingénieure… ?

Partir 5 mois en Terre Sainte, c’est la chance de découvrir un territoire complexe mais riche d’hommes et de femmes portés par leur foi, des lieux saints à tous les coins de rues, des paysages éblouissants, des rencontres exceptionnelles.

Jérusalem, c’est un virus : on l’attrape la première fois qu’on y va et ensuite c’est vital, on a besoin d’y retourner, pour se ressourcer, pour se rencontrer, pour se stimuler.

Vivre 5 mois au service des patients de Saint-Louis, ce n’est pas rose tous les jours, on les accompagne sur le chemin difficile de la mort, mais on essaye à chaque instant de rendre ces moments un petit peu moins lourds, pour le patient et sa famille, à l’aide de musique, de chocolat, de sourires, de rires, de conversations, de la chaleur du soleil sur la peau… Toutes ces petites choses pourtant si anodines dans notre vie quotidienne apparaissent essentielles avec nos malades. Ces moments source de joie sont si importants pour eux, qu’ils deviennent alors indispensables pour nous, volontaires. L’hôpital Saint-Louis n’est pas simplement un hôpital où les gens viennent mourir, c’est un véritable lieu de vie où vous entendrez toujours des rires, des conversations, de la musique. La vie est plus belle que la mort, elle doit occuper tout l’espace, toutes les conversations.

5 mois à Jérusalem, c’est : Aide


.                                                     …découvrir sa foi et la comprendre…

.                                          …essayer d’entendre les textes bibliques…

.                                …marcher sur les pas du Christ…

.                     …se rencontrer soi-même, comprendre qui l’on est et surtout rencontrer le Christ à travers des rencontres, des découvertes et des retraites et apprendre à le mettre au cœur de sa vie, ce qui est, je crois, le plus difficile…

De retour en France, dans ma vie quotidienne, mes études, ce n’est pas toujours évident de vivre sa foi au quotidien. Aujourd’hui, j’ai besoin de ma piqure de rappel, le virus de Jérusalem s’est réveillé.

Fanny, 23 ans, étudiante ingénieure