^Haut de page

mod

Ca s'est passé

MCR: rencontre partage

Ce jeudi 28 mai, à Nieppe, les membres du Mouvement Chrétien des Retraités se sont retrouvés pour une agréable journée.
 

Cette rencontre, qui a rassemblé 71 personnes de toutes les paroisses du doyenné et même des communes avoisinantes, était ouverte à tous, qu'ils soient membres du mouvement ou non. Dès le matin, la convivialité fut de mise: accueil autour d'un petit café, de jus de fruit et de petits pains. La journée a continué par une prière, préparée par Annie et Albert BOCKAELS. Puis des sketches,présentés par Brigitte, Ginette, Andrée et Geneviève, ont permis aux participants d'entrer dans le vif du sujet: "La solitude subie, surmontée, secourue".  Un temps de réflexion, en petits groupes, offrait à chacun la possibilité de réfléchir, de s'exprimer, de confronter les situations. Au cours de son intervention, Mme Myriam JAUPITRE, responsable des prêtres âgés pour le diocèse de Lille, a souligné la différence entre solitude et isolement, synthétisé les points importants de nos réflexions de groupes et donné quelques clés pour "bien vieillir" et éviter l'isolement, soulignant pour terminer que les chrétiens ne sont jamais seuls. "Nous, chrétiens, nous avons la chance d'avoir un compagnon de route qui nous aime d'un amour inconditionnel." Notre temps spirituel s'est achevé par une célébration. 

Vint ensuite le temps de la détente. Après un repas apprécié par tous, le groupe s'est scindé: ceux qui avaient des fourmis dans les jambes sont partis pour une visite de Nieppe, tandis que d'autres s'adonnaient aux joies des jeux de cartes, de scrabble, de nain jaune... ou tout simplement de la conversation. Tout le monde s'est retrouvé au château de Nieppe, pour une visite guidée du musée puis de l'église et du monument aux morts.

MCR8mai15  MCR10mai15 


 MCR6mai15  MCR5mai15


 MCR9mai15 MCR7mai15
Copyright © 2015 Doyenné Lys et Deûle  tous droits réservés.

Conformément à la législation européenne nous vous indiquons que nous utilisons des cookies. nous n'en gardons aucune trâce.